.........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
Finance          
..................................................................   Articles      


Notes de Lecture

Articles

Economie - Finance


..................................................................



 



« II / Pourquoi la bourse baisse ?»

 

DEGRADATION DES PERSPECTIVES ECONOMIQUES ET FINANCIERES

L’autre raison expliquant la baisse des cours résulte de la dégradation des perspectives économiques et financières et des conséquences sur les résultats futurs des entreprises cotées. Mais pour comprendre ce mécanisme, il faut rentrer dans le détail d’un cours de bourse.

En achetant une action, l’investisseur devient propriétaire d’une fraction du capital d’une entreprise, ce qui lui donne un droit de vote lors des assemblées générales d’actionnaires, mais surtout pour ce qui nous intéresse, un dividende, et la jouissance d’un titre coté en bourse qui va fluctuer, et qu’il pourra revendre à tout moment, générant une plus ou moins value.

L’action a une valeur nominale, qui correspond au capital stricto senso de l’entreprise divisé par le nombre d’actions. Si le capital est de 100.000 €, divisé en 1.000 actions, la valeur nominale de chaque action est de 100 €.

 



 
   

Mais quand on acquiert une action en bourse, on paie beaucoup plus que ce montant. D’abord parce que la société s’est développée depuis sa création, qu’elle a acquis des locaux, des moyens de production, du savoir-faire, qu’elle s’est constituée une clientèle qui lui assure un chiffre d’affaires et un résultat minimum, qu’elle a crée et fait prospérer ses marques.
De plus, il y a probablement eu des augmentations de capital, et au capital initial se sont ajoutés des résultats non distribués ou en partie seulement, mis en réserve.

La différence entre les actifs de l’entreprise et l’ensemble des dettes correspond à l’Actif Net Comptable (ANC). En achetant une action en bourse, c’est une fraction de cette valeur que l’on acquiert. Mais pas seulement. C’est aussi la capacité de la société à dégager des profits récurrents dans le futur.

Pour simplifier, on peut dire que le cours d’une action d’une entreprise comprend deux parties, l’une bien réelle, l’Actif Net Comptable, l’autre virtuelle, les résultats futurs.

Revenons un instant sur l’Actif Net Comptable. C’est une vision comptable, patrimoniale de l’entreprise, mais qui quelquefois ne correspond qu’en partie à la réalité. Les immobilisations acquises étant inscrites au bilan pour leur valeur d’achat, beaucoup de sociétés avec le temps détiennent de véritables pépites qui n’apparaissent pas dans l’Actif Net. Bien sûr tout le monde pense à des immeubles, locaux industriels ou terrains achetés avant la flambée de l’immobilier, ou même longtemps avant, mais il n’y a pas que ça. Des participations financières dans des firmes qui avec le temps se sont développés au point de valoir des fortunes. Des marques, en activité ou non, qui peuvent être cédées à des concurrents, ou réanimées si elles sont encore dans tous les esprits. Des brevets, ou des droits de distribution dans tel ou tel pays, non exploités. Des concessions sur des destinations pour des compagnies aériennes. Et pour prendre un exemple dans des sociétés plus petites, de grands crus de plusieurs dizaines d’années, dont personne ne connaît la valeur du fait de leur grand âge, dont les prix de vente atteignent des sommets lors de ventes aux enchères, qui dorment chez des négociants en vins, souvent inscrits dans les stocks pour un euro la bouteille.
Et il y a beaucoup d’autres pépites de ce genre. Divisée puis revendue en lots, une firme peut générer une valeur bien supérieure à ce qu’indique l’actif net comptable.

Les actifs de la société plus le réseau de distribution des produits et services, les liens avec les fournisseurs et les clients, vont permettre de réaliser des ventes et donc des profits futurs.
Le cours de bourse, en plus de l’actif net, va tenir compte de ces profits futurs, actualisés.

Chacun comprend que deux entreprises qui ont des actifs nets équivalents, pourront avoir des perspectives de profits très différentes selon l’activité exercée (extraction de charbon contre technologie internet, par exemple), ce qui se traduira par des cours de bourse complètement différents.

Ces résultats futurs sont actualisés, c’est à dire ramenés à une valeur d’aujourd’hui. Si on considère qu’une firme va réaliser 1.000 € de profits durant 10 ans, et qu’il y a 3 % d’inflation par an, les 1.000 € de 2008 ne seront équivalents en réalité qu’à 970 € de pouvoir d’achat de l’année 2007, et ainsi de suite en soustrayant 3 % d’inflation pour chaque année pendant 10 ans.

 

Page suivante 1 de 4

Retour au Sommaire Articles


 

Contact - Avertissement - Conditions d'utilisation du site - Mentions légales - Déclaration CNL n.1259407 - Copyright © Boursovision.com - Tous droits réservés.....